Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WebSport

WebSport

L'actualité sportive en continu

Wawrinka, l'ombre du heros

Wawrinka, l'ombre du heros

Un dimanche de juillet, en 2003, la scène se déroule sur le Center Court du prestigieux tournoi de Wimbledon. Le Suisse Roger Federer venait de venir à bout de Mark Philipoussis et remportait ainsi son premier titre du Grand Chelem dans la capitale anglaise. A ce moment, tous les gens qui composaient le territoire Suisse étaient absolument persuadé que cet homme resterait le seul homme, en Suisse, à pouvoir écrire l'histoire de la petite balle jaune pendant les 10 prochaine années. Et on pouvait les croire car le deuxième meilleur joueur du pays allait chercher un mois après le sacre de son compatriote, son premier match sur le circuit ATP. Il était donc loin, très loin de celui qui allait devenir quelques années après, l'incontestable meilleur joueur de tous les temps.

Stanislas Wawrinka l'avait compris, il évoluerait durant la décennie qui était à venir, dans l'ombre du héros de tout un peuple. Et cela se confirmait un peu plus quand Roger réalisait le petit Chelem en 2004 pour devenir ainsi numéro un mondial. Stan, cette année là, ne remportait pas le moindre match dans un tournoi ATP, il s'imposait seulement lors de modestes tournois Challengers à Barcelone et à Genève. C'était clair et net pour les Suisses qui regardait cela : l'avenir de leur pays dans ce sport était déjà tracé car, à leurs yeux, Federer était le seul Suisse capable de jouer au tennis et il allait attirer tous les regards tellement son jeu était fascinant. Il était l'auteur d'une saison presque parfaite qu'il avait maitrisé de bout en bout. A l'issue de cette année intense pour le tennis Suisse, 168 place au classement séparait Stanislas Wawrinka, celui qui n'était pas capable de briller de Roger Federer, le génie de la raquette. Durant les années qui suivirent, Stanislas grimpait fortement au classement jusqu'à atteindre la 30eme place mondial. Mais l'avis des Suisse restait le même tellement Roger Federer faisait preuve d'une facilité déconcertante à travers le monde. Il avait réalisé deux nouvelles saisons exceptionnelles. Mais Stanislas progressait. Et ça, les Suisses l'ignoraient presque. Mais leur avis changea lors de l'année 2008, Roger connaissait une année un peu moins remarquable que les autres (il avait cédé sa premier place mondial à Rafael Nadal à l'issue de Wimbledon) et il s'alignait aux Jeux Olympiques en simple et en double aux côtés de Stan Wawrinka. Et coup de théâtre, les deux amis allèrent au bout de l'aventure et montaient sur la première marche du podium : ils étaient champions olympiques !!! On auraient pu penser que désormais, les Suisses allaient estimer Stanislas à sa juste valeur. En vain...

Dès 2009, Roger reprenait son ascension vers des sommets que lui seul peut entreprendre. Cette année, le Maestro allait rentrer un peu plus dans l'histoire en s'imposant à Roland Garros, le dernier Grand Chelem qu'il n'avait encore jamais remporté. Il retrouvait ainsi le fauteuil de numéro 1 mondial. Stanislas, quant à lui, pointait désormais au 21ème rang mondial mais il était toujours selon ses supporters largement inférieur à son ami. Il fallut attendre 2013 pour que Stan the Man devienne lui aussi, un héros pour les Suisses. Roger Federer allait être victime cette année d'un problème qui n'était jamais venu à lui avant : le physique. Ce qui provoque une grosse baisse en termes de résultats : Défaite en quarts de finale de Roland Garros face à Jo Wilfried Tsonga et au deuxième tour dans son jardin de Wimbledon. Roger a tout essayer et notamment de s'aligner à Hambourg et à Gstaad pour tester une nouvelle raquette avant de revenir très rapidement à son modèle d'origine. FED été victime d'une nouvelle désillusion lors de l'US Open où il rendait les armes dès les huitièmes de finales face à Tommy Robredo ! Accumulant les contre performances, certains dont les Suisses parlaient alors de déclin...

Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres ! Ou plutôt dans ce cas : Wawrinka s'illumine lorsque Federer s'éteint (presque !). Une finale à Madrid, des demis finale lors de l'US Open et lors du Masters. Tel est le bilan de l'année pour Stanimal ! Mais la cerise sur le gâteau arrivait à Melbourne en 2014 où Stan s'imposait pour inscrire son nom pour la première fois de sa carrière au palmarès d'un tournoi du Grand Chelem ! 11 ans après le sacre de Federer à Wimbledon, Wawrinka prouvait à tous les Suisses que Roger n'était pas le seul à pouvoir écrire l'histoire.



Wawrinka, l'ombre du heros

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article